Peste Procine Africaine : flash info Marne n°8

  - Gestion, Sanitaire

PPA : la maladie progresse et les actions de lutte se renforcent


Le point en Belgique

Au 14 janvier 2019, 299 cas positifs étaient officiellement déclarés en Belgique depuis le 13 septembre 2018.
Le 9 janvier 2019, le ministère du Gouvernement Wallon a annoncé que 2 sangliers ont été contrôlés positifs à la peste porcine africaine (PPA) en dehors de la zone tampon, au sein de la zone d’observation renforcée (ZOR), entre Meix-devant-Virton et Sommethonne (carte 1).
Ces deux cas confirment la forte progression observée de la PPA vers l’Ouest de la Belgique, se rapprochant de la frontière française. Il s’agit des 2 premiers cas découverts au-delà des clôtures installées en Belgique. Pour rappel, ce rideau de clôtures est fragmenté du fait de zones urbanisées et de routes.


Carte 1 : Localisation des prélèvements (négatifs en bleu et positifs en rouge pour la PPA) effectués sur des sangliers dans le Sud de la Belgique (les deux nouveaux cas entourés en rouge) (source: Afsca au 08/01/2019)

 

Le point en France
Suite à la confirmation de ces 2 derniers cas de peste porcine africaine sur des sangliers sauvages en Belgique à proximité de la frontière, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a réuni le 14 janvier dernier l’ensemble des acteurs nationaux afin de décider de la stratégie sanitaire offensive à mettre en œuvre immédiatement.
Cette réunion fait suite au déplacement de Didier Guillaume ce vendredi dans les Ardennes afin d’appeler à la mobilisation l’ensemble des acteurs.
Il s’agit de déployer des mesures fortes afin de conserver le statut indemne de la France et de préserver la filière porcine de cette menace économique et sanitaire majeure.

Le niveau de risque est aujourd’hui maximal. La cellule de crise se réunira dès cette semaine avec les acteurs nationaux.
Une « zone blanche », à très haut risque, est mise en place dans un rayon de quelques kilomètres autour des cas belges, au sein de laquelle tous les sangliers devront être abattus dans les prochaines semaines.
La zone sera quadrillée par des patrouilles de l’ONCFS et des chasseurs, à la recherche active de cadavres. Dans cette zone toutes les activités forestières seront suspendues. Cette zone sera délimitée par une clôture dont la mise en place débutera dans les prochains jours (carte 2).
Dans l’ensemble de la zone réglementée, tous les élevages seront revisités afin de s’assurer de leur niveau de biosécurité maximal.


Carte 2 : Entre les deux nouvelles clôtures (pointillés jaunes et oranges), tous les sangliers devront être abattus.


Le point dans la Marne

Comme nous le rappelons à chaque occasion, tous les chasseurs doivent se sentir concernés et appliquer ce que nous avons le devoir de faire à notre niveau :  TUER DES SANGLIERS !
Les prélèvements enregistrés à la FDC au 15 janvier sont loin des objectifs fixés avec Monsieur le Préfet.
Dans un courrier adressé aux présidents des GIC grand gibier le 16 janvier, celui-ci demande notamment, je cite : « de mettre tout en œuvre pour réaliser le maximum de prélèvements d’ici le 28 février en programmant des jours de chasse supplémentaires et en prélevant les animaux sans restriction d’âge et de sexe.
L’objectif de 18 000 animaux prélevés dans le département de la Marne doit être atteint avant cette date» … « Je me réserve la possibilité de durcir les règles existantes et de prendre des mesures spécifiques dans certains secteurs » (cf. courrier en annexe).
Il est inadmissible et irresponsable aujourd’hui de fixer des limites de tir qualitatives s’agissant du sanglier.
Je compte sur vous et sur votre sens des responsabilités pour baisser significativement les densités de suidés sauvages dans la limite de vos plans de tir attribués.

Le président,
Jacky DESBROSSE

 

Courrier de Monsieur le Préfet aux GIC grand gibier

Télécharger le Flash info 

Les dernières actualités
Contactez nous

Écrivez nous, nous vous répondrons au plus vite