Peste porcine africaine : flash info Marne n°7

  - Sanitaire

Même si l’ensemble de la presse parle un peu moins de la Peste Porcine Africaine ces derniers temps et si la France est aujourd’hui toujours indemne, le risque pour nos territoires est toujours bel et bien présent.
Tour d’horizon de la situation…

Le point en Belgique
Au 27 novembre, 181 cas positifs étaient officiellement déclarés en Belgique depuis le 13 septembre 2018.
Les autorités belges ont annoncé le 14 novembre dernier, que la zone noyau avait été étendue de 2 254 ha à la suite de la détection de sangliers infectés de PPA dans le Sud-Ouest de la zone tampon, donc très proche de la frontière.

L’extension de la zone noyau signifie que le virus n’est pas resté confiné dans cette zone.
Il continuera probablement à se propager sauf si le niveau des populations de sangliers dans la zone tampon est suffisamment abaissé pour que le virus ne trouve plus d’animaux pour continuer la propagation.
Une clôture en grillage est établie au Sud et à l’Ouest de la zone en Belgique.
La clôture électrique est opérationnelle sur la frontière, elle est maintenue par les trois fédérations 08,55 et 54.
La menace reste donc particulièrement forte.
Cette situation confirme l’absolue nécessité d’appliquer les seuls moyens disponibles pour se protéger de la maladie :
– la biosécurité,
– la réduction des populations de sangliers.

Le point en Chine
Le 1er cas de Peste Porcine Africaine en Chine a été confirmé le 03 août 2018, en élevage.
Depuis cette date, plus de 470 000 porcs en sont morts ou ont été abattus.
La maladie a été déclarée dans 74 villages de 18 provinces.
En outre, le virus a été détecté dans des produits chinois importés en Corée et au Japon, ainsi que dans des produits destinés à être exportés vers Taïwan.
Le 16 novembre, un 1er cas sur sanglier sauvage (en Chine, le sanglier est présent sur l’ensemble du territoire, à l’exception de certaines zones Ouest et Nord du pays) a été confirmé à 30 km de la frontière Nord-Coréenne (point bleu sur la carte).


Après l’Europe de l’Est, la situation de la PPA en Chine illustre une nouvelle fois la capacité du virus à se propager.
Etant donné la difficulté de maîtriser la maladie une fois qu’elle est installée dans la faune sauvage et l’importance de l’élevage familial de porcs en Chine, la découverte de ce sanglier infecté pourrait signer l’impossibilité de tout contrôle de la maladie dans ce pays et le risque accru de diffusion aux autres pays du Sud-Est asiatique.

Le point dans la Marne
Le 23 novembre dernier, les présidents des GIC grand gibier étaient convoqués par Monsieur le Préfet à la Préfecture de Châlons-en-Champagne.
Après un rappel du contexte actuel de la maladie par Hervé DUFOUR de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP – ex DSV), Monsieur le Préfet a clairement affiché le message : « en l’absence de vaccin et pour éviter une crise sanitaire sans précédent, les densités de sangliers doivent être significativement baissées ». Et de poursuivre : « pour les chasses qui ne joueraient pas le jeu, des mesures administratives seront prises ».
Le Président de la FDC, Jacky DESBROSSE, poursuivait en insistant sur l’importance des populations de sangliers cette année grâce une excellente reproduction mais aussi sur l’augmentation significative des déclarations de dégâts : « l’objectif de la saison est de prélever 18 000 sangliers pour réduire sensiblement les populations et retrouver un tableau croisière autour de 10 000 sangliers en 2019».
Pour cela, toutes les consignes qualitatives de tir doivent être réduites au maximum et les sanctions financières pour les chasseurs, supprimées.

Avec la filière porcine, eux en matière de biosécurité renforcée et nous en ramenant la population aux objectifs, ensemble prenons nos responsabilités de bons gestionnaires.
Nous ne devons pas jouer avec notre avenir cynégétique, c’est trop sérieux.

Une assemblée attentive aux propos de Monsieur le Préfet

Le Président,
Jacky DESBROSSE

 

Télécharger le Flash info 

Les dernières actualités
Contactez nous

Écrivez nous, nous vous répondrons au plus vite